ESQUIROL (J. É. D.)


ESQUIROL (J. É. D.)
ESQUIROL (J. É. D.)

ESQUIROL JEAN ÉTIENNE DOMINIQUE (1772-1840)

Psychiatre français originaire de Toulouse, où il fit ses études de théologie et de médecine, comme son maître Pinel, dont il devint l’élève, puis l’assistant à la Salpêtrière à Paris, avant de lui succéder à la tête de ce célèbre service en 1810. Esquirol perfectionna l’œuvre de son prédécesseur, tant en matière de nosologie que dans le domaine des traitements et de l’assistance aux aliénés, pour lesquels il fit voter la fameuse loi du 30 juin 1838, qui régit encore actuellement l’hospitalisation et l’internement des malades mentaux en France. Devenu entre-temps médecin-chef de la Maison royale de Charenton en 1824, il mourut couvert d’honneurs officiels et académiques.

Après une thèse Les Passions considérées comme causes, symptômes et moyens curatifs de l’aliénation mentale (1805), Esquirol reprend la classification nosographique de Pinel en distinguant dans la classe des délires partiels (ou mélancolie) le délire triste, qu’il appelle «lypémanie», des «monomanies», ou délires localisés à une idée délirante prévalente, qui ont un succès et une extension malheureusement indéfinis, leur spécificité finissant par ne reposer que sur un thème délirant ou un trouble du comportement ou des instincts (monomanies instinctives).

Esquirol modifie aussi la classification de son maître à propos de l’idiotie et des démences (Traité des maladies mentales , 1838). Il tient à séparer soigneusement ce qui est de l’ordre d’une insuffisance de développement mental congénitale ou héréditaire (idiotie, crétinisme, imbécillité) de ce qui est affaiblissement acquis ou démence («le riche devenu pauvre»). La démence, maladie chronique, peut être parfois transitoire: c’est la démence aiguë, que l’élève d’Esquirol, Georget, préférera appeler «stupidité» et qui deviendra, avec Chaslin, la «confusion mentale primitive». Cet apparent progrès dans le diagnostic des maladies mentales est malheureusement l’amorce de toute une conception étiologique qui privilégie l’hérédité en psychiatrie infantile. Le retard de développement intellectuel apparaît plus important que la perturbation affective profonde; et il faudra attendre cent cinquante ans pour qu’on retrouve, avec la notion de psychose infantile à symptomatologie déficitaire, ce que le vieil «idiotisme» de Pinel recouvrait dans sa complexité et son apparente obscurité.

Mais c’est surtout comme chef d’école et comme législateur soucieux d’organiser l’assistance psychiatrique française qu’Esquirol reste l’une des figures les plus marquantes de l’histoire de la psychiatrie, à tel point que le terme d’esquirolisation est devenu synonyme d’internement dans le vocabulaire des psychiatres.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Esquirol — Saltar a navegación, búsqueda Se denomina esquirol, en sentido específico, a aquella persona que recibe una remuneración a cambio de romper una huelga; es decir, que acepta trabajar en una empresa cuyos trabajadores llevan a cabo un movimiento de …   Wikipedia Español

  • Esquirol — (Барселона,Испания) Категория отеля: Адрес: Esquirol, 4, Старый город, 08003 Барселона, Ис …   Каталог отелей

  • esquirol — (Del cat. esquirol, y este de L Esquirol, localidad barcelonesa de donde procedían los obreros que, a fines del siglo XIX, ocuparon el puesto de trabajo de los de Manlleu durante una huelga). 1. adj. Dicho de una persona: Que se presta a ocupar… …   Diccionario de la lengua española

  • esquirol — [ɛskiʀɔl] n. m. ÉTYM. D. i. (attesté XXe), en franç. régional; attesté littérairement; provençal. ❖ ♦ Régional. Écureuil. 0 (…) l esquirol, à l abri de sa queue en panache, court, un gland dans la main (…) J. Giono, Colline, p. 10 …   Encyclopédie Universelle

  • Esquĭrol — (spr. Eskirohl), Jean Etienne Dominique, geb. 1772 in Toulouse, seit 1805 praktischer Arzt, beschäftigte er sich bes. mit der Behandlung Geisteskranker u. hielt seit 1817 Vorträge über Geisteskrankheiten; 1823 wurde er Generalinspector der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Esquirol — (spr. eskiroll), Jean Etienne Dominique, Irrenarzt, geb. 4. Jan. 1772 in Toulouse, gest. 12. Dez. 1840, wurde 1811 Arzt an der Salpétrière in Paris, hielt seit 1817 klinische Vorträge über Psychiatrie und veranlaßte 1818 die Ernennung einer… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Esquirol — Esquirol, Jean Etienne Dominique, geb. 1772 zu Toulouse, der vorzüglichste unter den neueren Irrenärzten, seit 1823 Generalinspector der Universität von Paris u. Director der Privatirrenanstalt zu Charenton, verlor 1830 seine Staatsämter, st.… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Esquirol —   [ɛski rɔl], Jean Étienne Dominique, französischer Psychiater, * Toulouse 3. 2. 1772, ✝ Paris 12. 12. 1840; Schüler von P. Pinel; machte sich besonders verdient um organisatorische Reformen in der Psychiatrie; er veranlasste die Gründung… …   Universal-Lexikon

  • Esquirol — Surtout porté dans l Ariège et le Tarn, ce nom occitan correspond au français écureuil. Il peut s agir d un surnom donné à un homme agile, mais c est aussi un toponyme (lieu fréquenté par les écureuils). Variantes : Esquiro (32, 82), Esquirou… …   Noms de famille

  • esquirol — esquirol, la sustantivo masculino,f. 1. Pragmática: peyorativo. Persona que trabaja un día de huelga: Los esquiroles fueron abucheados por los huelguistas. 2. Pragmática: peyorativo. Persona contratada para sustituir a un huelguista en el trabajo …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.